Une personne sur deux au Bénin a moins de 18 ans. Cette population jeune qui vit majoritairement dans les grandes villes au Sud du pays, est dans la précarité. L’absence d’emploi et  les faibles perspectives d’avenir découragent les jeunes à poursuivre leurs études. 13 % des élèves abandonnent l’école dont 90 % de filles avec le risque accru de tomber dans la consommation de stupéfiants.

Depuis une dizaine d’années, le Bénin est passé de pays de transit de la drogue à pays consommateur. Et ce sont justement les jeunes en situation de précarité qui en sont les premiers consommateurs. En effet, 86 % des toxicomanes soignés à l’Hôpital psychiatrique de Cotonou ont moins de 30 ans.

La stratégie de lutte antidrogue au Bénin n’est pas encore efficace car elle privilégie la répression aux dépens de la prévention.

C’est pourquoi GeTM et son partenaire local, le Cdel ont choisi de mettre en place un programme de sensibilisation et de prévention dans les établissements scolaires de la plus grande ville du pays, Cotonou. ( Avec l’aval du Ministère de la Sécurité Publique béninois).

Des actions sont menées dans 5 établissements auprès de 5’000 élèves. Il s’agit de les sensibiliser m,ais aussi de former leurs professeurs, pour que ces derniers puissent à leur tour par la suite sensibiliser les volées suivantes d’enfants.

Les professeurs seront aussi formés pour être capables de détecter les élèves nécessitant un appui spécialisé.

En plus de ces actions, une campagne de prévention en dehors des écoles, est en train d’être montée. Des caravanes d’animation seront organisées à travers la ville, un débat télévisé sur le sujet sera programmé et des spots publicitaires seront diffusés.

Les actions menées ont débutées en octobre 2014. Elles sont financées en partie par le Bureau de la solidarité internationale de l’Etat de Genève.