Le projet contribue à la construction des territoires pacifiques et avec équité de genre dans 2 sous-régions d’Antioquia, en Colombie. 98 familles paysannes dynamiseront l’économie familiale à travers la souveraineté alimentaire, la consommation de proximité et l’équité de genre dans leurs hameaux respectifs. Le projet vise également le renforcement des organisations régionales de femmes en vue de leur action politique et leur inclusion dans les processus de développement territorial.

Notre partenaire local: Vamos Mujer

Vamos Mujer collabore avec plusieurs associations de femmes du département d’Antioquia, confrontées quotidiennement aux conséquences du conflit armé. Forte d’une expérience de 40 ans, l’organisation recherche des alternatives concrètes pour améliorer les conditions de vie des femmes des secteurs populaires ruraux et urbains. Elle cherche à recréer la confiance et l’espoir dans le but de reconstruire le tissu social détruit par la guerre.

Contexte et défis

Précarité et violence en milieu rural

La signature des Accords de Paix de la Havane en 2016 a soulevé une vague d’espoir en Colombie. Cependant, la situation peine à s’améliorer. Malgré la démobilisation des FARC, d’autres groupes paramilitaires et narcotrafiquants s’implantent dans le territoire, et menacent la population et la mise en œuvre de l’accord. La violence demeure une réalité quotidienne et vise surtout les défenseurs des droits humains, les leaders sociaux et paysans dans tout le pays.

Le département d’Antioquia a été et demeure l’une des régions les plus affectées par le conflit armé. Exode rural et abandon des terres, violences, déplacements internes, massacres, assassinats et menaces sont toujours le quotidien de nombreuses familles paysannes dans cette région.

Inégalité des genres

La société colombienne reste également fortement marquée par une logique patriarcale. Dans le cas des communautés rurales, ces postures conservatrices sont particulièrement ancrées dans les croyances et les pratiques culturelles. Dans ces régions, les inégalités de genre se manifestent dans une répartition très inégale des tâches domestiques; dans d’importants écarts de salaires entre les hommes et les femmes ; dans la féminisation du chômage et dans la féminisation de la pauvreté.

Cette distribution du travail en fonction du sexe représente une surcharge de travail pour les femmes rurales, puisqu’aux tâches domestiques s’ajoutent des activités de production agricole. Cette situation empêche les femmes d’accéder à des possibilités d’éducation ou à des emplois rémunérés en dehors de l’espace domestique. Elle restreint également leur participation dans les espaces de prise de décision politique.

Confrontées quotidiennement aux conséquences du conflit armé et à la dégradation de l’économie rurale qui en découle, les femmes sont pourtant des acteurs clés dans la dynamisation de l’économie territoriale et la construction de la paix.

Objectifs et démarche du projet

Le projet a pour objectif de contribuer au développement territorial durable grâce aux approches de souveraineté alimentaire, proximité territoriale et équité des genres, et à la construction d’une paix garantissant les droits des femmes; en améliorant leurs conditions de vie et leur incidence sur les politiques publiques et plans de développement local par l’inclusion de leurs propositions dans les agendas politiques.

Concrètement, le projet agit pour:

(1) Renforcer le travail productif des familles paysannes, grâce à l’accompagnement et la formation à la planification de la production agroécologique (échelles familiale et communautaire) et à la mise en place de fonds collaboratifs et de marchés d’échanges dans les hameaux;

(2) Renforcer l’incidence des femmes et de leurs organisations sur les politiques publiques et l’inclusion de leurs propositions dans les agendas politiques locaux.

A travers ces deux axes, Vamos Mujer vise une distribution équitable des tâches et des rôles à l’intérieur des familles paysannes ; le renforcement de l’économie familiale et locale ; la participation active des femmes et de leurs organisations dans le développement local ; et le renforcement des compétences politiques des organisations de femmes au niveau municipal et régional.

Le projet en bref

Objectif visé : Renforcement économique et politique des femmes paysannes et de leurs familles, avec une approche genre.

ODD concernés: Production et consommation responsable (12), Egalité entre les sexes (5), Zéro faim (2) Paix, justice et institutions efficaces (16).

Région d’intervention: Colombie, département d’Antioquia, sous-régions de l’Est et du Nord-est,  communes d’Argelia, Sonsón, Nariño et Santo Domingo.

Bénéficiaires: 98 familles paysannes, dont 164 femmes et 85 hommes. Organisations de femmes au niveau régional (AMOR et Collectif de Femmes du Nord-est) et municipal (AMUNAR, Association de femmes de Nariño, Association de Femmes María Martinez de Nisser).

Durée du projet: 3 ans

Coût du projet: 344’456 CHF